1

A

N

V

I

E

N

O

M

A

D

E

V

O

L

A

F

2

7

0

7


Un rêve qui devient réalité..
Parce que ça ne se fait qu'une fois (ou 2 ou 3 ..) dans sa vie et que c'est le bon moment, ça y est ... Nous y voilà , le moment tant attendu est arrivé, nous partons en Tour du Monde !! Une annee a vadrouiller, visiter, rencontrer, partager et profiter. Que du bonheur !

mardi 17 février 2015

Sur les chemins d'Abel


Le lendemain de notre aventure aérienne,  c'est une journée de marche qui nous attend. On part de Kaiteriteri le matin avec le premier taxi boat, qui va nous déposer sur Torrent Bay, point de départ de notre rando. C'est sympa ce système de bateau-taxi, une façon originale de commencer la rando ! On nous avait dit qu'à cette période, il faut réserver des semaines à l'avance si on veut être sûr d'avoir de la place. Donc nous en bons élèves, on avait réservé 2 jours à l'avance ;-) résultat, on était 5 sur un bateau d'au moins 80 places .. On a bien fait de réserver, c'était moins une..
En tous cas, la balade en bateau vaut le coup, on longe la côté et c'est plutôt agréable. On s'arrête au point d'attraction, le rocher de la pomme coupée,


 et on aperçoit une ou deux otaries en train de flemmarder, comme d'hab.
A l'arrivée, on débarque direct sur la plage, génial.



 Il n'y a presque personne. Après deux trois photos, on se met à gratter le sable, et là, on regrette d'être venu uniquement avec nos affaires de rando. Mamy, une pensée pour toi parceque c'était plein de pignons et autres coquillages !! Il n'y avait qu'à se pencher et gratter un peu pour les ramasser, trop facile. 


Malheureusement on avait ni sacs ni sots, et on partait pour une bonne journée de marche, donc tant pis.. ce sera pour une autre fois !

On commence donc la superbe balade qui longe la côte par des sentiers bien aménagés ( à la néozélandaise ). On avait  un peu anticiper le coup et on avait pris le risque de partir en tongs. Pas de regrets vu la chaleur. Biensûr on croise les vrais randonneurs avec 20 kg sur le dos, les grosses chaussettes en laine, les chaussures montantes, les bâtons de marches et, très important, le bob kaki !!
Bref nous en tongs casquette, on s'en sort plutôt bien.

Une rivière à traverser, donc là forcément, les vrais Indiana Jones tendent une corde et sortent les bottes, mais nous on choisi la passerelle, plus pratique ;-)



Les paysages sont trop beaux dès qu'on prend un peu de hauteur. Les pauses photos se multiplient, comme toujours, et du coup notre rythme de croisière est bien tranquilou. 


Un panneau nous indique "sand-fly Bay ", autrement dit, la baie des mouches qui piquent. On ne sait pas pourquoi mais l'un comme l'autre on se sent comme attiré par se petit sentier qui descend assez raide. Avec un nom comme ça iĺ ne devrait pas y avoir trop de monde. Donc on passe les tongs en mode 4*4 antiglisse pour ne pas se vautrer lamentablement dans cette quête d'aventure et on entame le 1/4 d'heure de descente. Juste magnifique ce coin. Du bleu, du vert, du jaune ! C'est trop beau. 



Avec les piqûres de mouches sur nos guiboles on se dit que ça rajoutera un peu de rouge dans le décor ;-)
Finalement, pas une mouche à l'horizon, et très peu de touristes ! Sauf certains qui, forcément, passent plus de temps à délasser les chaussures montantes, et quitter les chaussettes en laine qu'à profiter de la plage. Heureusement, ils ont le bob, car le soleil cogne !



Nous on passe quasiment deux heures sur la plage, on se fait notre petit picnic, on digère un peu, et on attaque la remontée.
Finalement notre journée de rando est plutôt cool cool. On profite bien.
Notre bateau retour part de Bark Bay. Là aussi c'est plage en l'attendant, et même  baignade tellement les couleurs de l'eau sont attirantes. 


Elle est glaciale, mais ça fait quand même plaisir de se baigner un peu après notre dure journée de marche ! ;-)


Le soir on retourne au lieu de camping sauvage qu'on avait trouvé la veille. Il est parfait ce coin, un peu en hauteur, face à la mer, et caché de la route principale. C'est une ancienne route abandonnée, et  il y a juste l'équivalent d'une place de stationnement là haut, nickel !
Le coin doit être connu des baroudeurs car on voit passer 2-3 vans, trop taaaard c'est nous les Prem´s !!

samedi 14 février 2015

On fait un saut à Abel Tasman


On commence par un p´tit tour à l'office de tourisme de Motueka pour obtenir un peu plus d'infos sur les activités ici. On nous avait parlé de bateaux-taxi notamment pour aller visiter le parc par tronçons de randonnées, et aussi de jolies balades à faire sur Cap Farewell plus au nord, avec pourquoi pas des balades à cheval sur la plage. On a également vu un flyer sur les sauts en parachute ... mais bon, la photo ne donne pas très envie; on voit plus la ville de Motueka que le parc national et ses eaux turquoises, donc pas très vendeur.

La nana de l'office de tourisme est au top ! Elle nous donne tout ce qu'il faut comme infos pour les randos et taxi boat, fait les réservations et nous parle également de la balade à cheval qu'elle avait elle même déjà faite, super ! Quand on la branche sur les sauts en parachute, des étincelles apparaissent dans ses yeux !! Ça aussi elle l'a déjà tenté et elle le revit quand elle nous en parle; inoubliable comme expérience. Bon, niveau tarif c'est pas tout a fait le même budget que la balade à cheval, mais niveau adrénaline, y'a pas photo.
Du coup on repart dans le van se poser un peu et réfléchir à tout ça. On sait que le lendemain on part faire la rando, et donc ensuite on filerait sur cap Farewell, à moins que Christelle ne se laisse finalement tenter par l'expérience Skydive dont je lui parle depuis au moins un an ..;-)
Ça nous prend au moins 5 bonnes minutes de réflexion à bord du van avant qu'on se décide à retourner à l'office de tourisme. Christelle a les jambes un peu tremblantes, et sa voix semble comment dire... étouffée, comme hésitante ..
Bref, c'est décidé on book un saut en parachute pour après demain et on oublie le tour à cheval. La conseillère de l'office de tourisme est trop contente pour nous, et elle nous sort :
- "vous voulez que je les appelle pour savoir si ils ont de la place pour cet aprèm ?"
- heuuu ... ah oui, tient on y avait pas pensé ..
Inconsciemment on avait dû planifier ça dans nos têtes le plus tard possible; mais c'est vrai qu'aujourd'hui le temps est génial. Grand ciel bleu, grand soleil et pas un nuage, ça serait plutôt cool.

Un coup de fil et c'est parti, on saute dans 2 heures !! :-| :-|

2 heures, c'est très court mais c'est très long en même temps. Donc pour pas trop se stresser avant de sauter on se fait une mega sieste. C'est un des avantages du van !! Un coin d'ombre et hop, une fois les rideaux fermés on est chez nous comme dans notre lit !

C'est donc hyper zens et détendus qu'on arrive à l'aérodrome ;-) 


On a le temps d'observer d'autres personnes qui partent avant nous, ils sont tous ravis à l'arrivée et les sourires sur les visages en disent long.
Une petite séance vidéo pour nous expliquer le déroulement de la séance, un petit breifing pour nous vendre les vidéos ou photos pendant le saut (juste hors de prix, quasi le même prix que le saut lui même), donc :
- non merci madame, je vais tâcher d'enregistrer ce que je vois, mais dans ma tête !
Ensuite, tout s'enchaîne très vite, on s'équipe, on fait une petite photo ridicule à terre ( celle-ci elle est gratuite), 


et puis 5 minutes plus tard nos binômes respectifs  arrivent, l'avion se prépare sur la piste, et c'est dans le brouhaha énorme des moteurs à hélices que nos binômes nous expliquent (dans un anglais incompréhensible) que tout va bien se passer ! Aller hop, on monte à bord.


Nous sommes les seuls à sauter en tandem, il y a 3 autres fous qui eux font du free style. Bonne ambiance à bord donc, ça se chambre, ils se tapent sur les casques, ou se sortent 2-3 blagues.
Pendant ce temps, nous on est collé serrés avec notre binôme. C'est un peu comme si on s'apprêtait à danser la lambada, sauf que là on reste immobiles, alignés en rangs d'oignon. 
Par le hublot on voit très vite qu'on a pris de la hauteur, les paysages sont splendides. On aperçoit au loin, très loin, l'île du nord. Les montagnes sont derrière nous, la mer devant et en dessous se dessine le décor du parc Abel Tasman, trop beau. Comme on a pas pu prendre notre appareil photo avec nous, on a récupèré une ou deux photos sur le net.


Et tout à coup, la magie du paysage n'est plus d'actualité. Les sangles qui nous relient à nos parachutistes se resserrent encore, la porte s'ouvre et donc le bruit du moteur s'intensifie. L'air frais s'engouffre dans la carelingue et avant même qu'on ait le temps de réaliser quoi que ce soit, nos trois artistes se font comme hâper par le vide. C'est limite si on ne les voit pas passer à travers le hublot..
L'avion nous parait bien vide d'un coup; ce qui veut dire queeeeee.... bah oui...c'est à nous d'y aller maintenant.
On pivote, et on se retrouve face au vide, c'est Christelle qui saute en premier. Je la vois faire, elle tourne la tête vers l'intérieur de l'avion, comme si son cou était soudainement devenu mou comme du cheming-gum, sa tête fait un 180 degrés pour tenter de rester dans l'avion, je l'endends qui dit non, non, je ne veux pas y .....

Et plus rien, ça y est, son binôme a pris le dessus, et visiblement c'est lui qui décide. Ils ont sauté ! Aieee, c'est à moi d'y passer maintenant donc..
 Trop flippant ce moment où on est assis dans le vide, ça dure 2 secondes, mais c'est terrible !
1-2-3, et hop on saute aussi. Ca y est, c'est la gravité qui commande maintenant. On sent l'air sur les joues, sur les mains, sur tout le corps finalement. C'est trop bon ! On garde les yeux bien ouverts pour ne pas en perdre une miette. Même si ça va très vite on reconnaît les paysages, la mer en face, les montagnes derrière , et puis en dessous la beauté des eaux d'Abel Tasman. 



Toujours en chute, on s'amuse à faire des gestes avec nos mains, du style : super (pouce), super Man (bras en avant), fun (pouce / p´tit doigt). On fait s' qu'on peut quoi ! ;-)

Entre 45 et 50 secondes de chute libre quand même, et une vitesse d'environ 200 km/h à priori. Autant dire que les sensations sont bien présentes et que la tête a largement le temps de se vider. 

Et d'un coup d'un seul, on entend la toile du parachute qui fend l'air, et surtout comme une traction vers le haut. Quelqu'un nous remonte les bretelles ?


Deux trois manip du binôme dont j'ai oublié le nom pour stabiliser tout ça, et là c'est le grand contraste. Après la vitesse, l'adrénaline, le bruit, le vent, et bien là c'est le calme complet. Plus un bruit... limite on se taperait bien la discute avec un piaf s'il venait à se poser sur nos genoux.. Incroyable comme c'est apaisant ! 


Génial les sensations, mais difficile à décrire. C'est comme si on faisait en même temps une bonne nuit de sommeil, un tour à la piscine et une séance chez l'ostéo, tout ça bien arrosé (ou un bon coup de carsher dans la tête  comme dit Christelle !). On se sent plutôt détendu donc ! 

Comme en général ils aiment bien se faire plaisir à chaque saut, ils nous proposent quelques vrilles avant l'arrivée pour retrouver une petite poussée d'adrénaline. Ça tourbillonne, ça tourbillonne... je ressens quelques picotements dans les pieds. C'est normal d'après ce qu'il m'explique, c'est le sang qui tombe dans les jambes; on a pris quelques G de pression dans la tête..
On lève les jambes, et ça y est, on touche le sol; le parachute s'abbat. C'est terminé, on a défié les lois de la gravité grâce à ce morceau de tissus et ces quelques cordes. 

- Alors Christelle, ça a été ? Tu as aimé ?
Au vu du sourire qui lui remonte jusqu'aux oreilles je comprends que oui, mais sa réponse vient le confirmer :

- On recommence quand ??


mercredi 11 février 2015

Picton.. On nage avec les dauphins !!


Rendez-vous vers 9h le matin à l'agence "Swim with Dolphins" de Picton, le temps pour tout le monde de s'équiper et d'enfiler les combinaisons (assez épaisses ..) en prévision de la nage. On se dit que cette fois on a plus de chances de réussite qu'à Bay of Islands. 80% d'après ce qu'annonce l'agence. Superbe journée en perspective car le soleil est présent, important !

On démarre donc le tour hyper enthousiastes. Les paysages dans les Marlborough Sounds sont superbes, 
même si on les a déjà vu en arrivant de Wellington sur le ferry. 


Une demie-heure à peine après qu'on ait quitté le port, le capitaine reçoit un appel. Demi-tour toute, un groupe de dauphins a été repéré là où l'on vient juste de passer. Il ne faut pas longtemps avant qu'on puisse apercevoir les premiers. Ce sont des Hector Dolphins, a priori les plus petits et aussi les plus rares. Ils avaient déserté la région voir le pays depuis plusieurs années, mais commencent progressivement à revenir. L'espèce est ici protégée, et donc pas question de se mettre à l'eau avec eux, ils sont trop craintifs. Mais c'est encore une fois extra de pouvoir les observer. Ils sont très rapides et un peu curieux,  ils ne peuvent pas s'empêcher de tourner autour du bateau :-)) 




Un peu plus tard, le capitaine reçoit un nouvel appel; cette fois il s'agit des orques qui auraient été repèrés au large. L'équipage semble ravit et saute de joie, on s'attend donc à aller voir les orques. Mais on apprend ensuite qu'en fait ces orques étaient dans le fjord depuis 2 semaines déjà ce qui rendait la nage avec les dauphins impossible. Serait-ce notre jour de chance ?? Du coup le capitaine et son équipe accentuent les recherches pour repérer un éventuel groupe de dauphins au loin. Bingo ! Il finissent par en apercevoir, le bateau se dirige droit vers eux. Ouaaahh ! Ce sont des Bottle Noze, le groupe semble important et ils sont énormes (3-4 mètres quand même !).



La guide nous dit de nous préparer, de bien fermer nos combis et d'enfiler masques et tubas. Hein heu.. quoi ? On va vraiment nager avec des dauphins ?  Il semblerait que oui.. Ils abaissent les escaliers à l'arrière du bateau ( on est en Nouvelle-Zélande, donc confort et sécurité obligent, on ne saute pas du bateau, on descend les marches .. ;-) ), ils abaissent la bande rouge de sécurité et GO !!! On se met rapidement à l'eau ! 
Info ou intox, on ne sait pas, mais ils nous ont dit de chanter dans nos tubas pour attirer la curiosité des dauphins. On a tous l'air ridicule, mais c'est pas grave tout le monde y met du sien. Une vraie cacophonie !!


Incroyable, ça semble fonctionner, les dauphins arrivent droit sur nous. Soit ils adorent ce qu'on leur fredonne ( peu probable..) soit ils sont intrigués de voir ce qui émet ces sons si étranges .. En tous les cas, ils sont là, parmis nous. Il y en a partout, ils tournent autour de nous et restent quelques secondes juste à nos côtés en nous regardant. Fantastique ! ils sont si imposants par leur taille, mais si calmes et rassurants . On apprecie chaque seconde chaque minute qui passe. en tout et pour tout entre 15 et 20 minutes dans l'eau avec eux. Ils semblent très joueurs et plutôt contents de s'amuser avec les quelques touristes qui se mettent à l'eau. On entends leurs sons sous l'eau. Est-ce qu'ils cherchent à communiquer avec nous ? C'est génial ! On nage avec les dauphins :-)

video



Le groupe nous parait très important, on pensait un cinquantaine de dauphins, mais la guide nous dit plutôt 70-80. On ne savait pas trop où donner de la tête.

On finit quand même par remonter sur le bateau.



Le spectacle est tout aussi époustouflant puisqu'ils n'arrêtent pas de faire des sauts, parfois en synchro, excellent ! 







On se dit que ce qu'on vient de vivre est unique, et c'est ce que nous confirme la guide. Déjà de par la taille du groupe, mais aussi et surtout par la générosité de ces animaux. Ce sont eux qui ont décidé de jouer avec nous, pas l'inverse. Ils ne sont ni nourris, ni apprivoisés; ils sont dans leur milieu naturel. C'est ça qui est unique, le fait que eux nous ait accordé un peu de temps pour nous distraire ( et certainement pour se distraire eux aussi au passage .. ;-) ).

Alors qu'on croyait l'expérience terminée,   On refera encore deux mises à l'eau, mais moins spectaculaires cette fois. La séance divertissement semblait terminée pour eux, ils étaient passés en mode pêche..
On reste sur notre petit nuage toute la journée. C'était une expérience inoubliable !


L'après-midi, on se balade sur la péninsule à l'est de Picton, les paysages sont sympas et plutôt favorables à la pause casse-croûte ;-)






vendredi 6 février 2015

Kaikoura et ses baleines



La route jusqu'à Kaikoura est super jolie, d'un côté la mer aux eaux presque aussi turquoises qu'en Polynésie ( on a dit presque ..)


Peut être en zoomant un peu plus ;-)


et de l'autre, la montagne aux sommets encore enneigés.


On prend aussi un chemin hors des sentiers battus pour la pause casse-croûte, et c´est une belle surprise qui nous attend.



On a réservé la veille notre expédition pour aller voir les baleines, histoire de ne pas se casser l'nez une fois sur place.

La compagnie avec laquelle on part semble avoir le monopole de l'activité. Tout est bien rodé, hyper pro. Le bateau est nickel, on a l'droit pendant toute la durée de la sortie aux explications (sur écran plat s'il vous plait ) des baleines, dauphins et même des orques.

On apprend aussi que Kaikoura est un ancien village de chasseurs de baleines, car ici elles passent toute l'année.
Une des explications que l'on a comprise est qu'il y a un tombant dans la mer à plus de 1000 mètres, assez près de la côte, ce qui est très rare. Normalement, ce n'est qu'en plein océan qu'on trouve ces profondeurs. Les baleines y viennent se nourrir. 

Pour atteindre ce fameux endroit, il faut à peine 30mn de bateau, plein gaz.
On a toujours cette fichue appréhension d'être poisseux et de ne rien voir. Mais bon l'agence assure 98% de chance de réussite. Leur bateau est équipé d'un hydrophone pour les repérer sous l'eau. Ce serait vraiment pas d'bol...

Et non nous ne serons pas dans les malheureux 2% !! 





On a la chance d'observer une baleine  à deux reprises. 
Elle vient à la surface chercher son air, ça  dure 2-3 mn puis elle replonge dans les profondeurs au moins 1/2 heure.



C'est génial au moment où elle replonge car très lentement on voit le devant du corp s'enfoncer dans la mer, pour ensuite jeter sa queue hors de l'eau, puis doucement couler.
Donc forcément on a bien l'temps de faire THE photo !
Enfin nous c'est une photo extraite de la vidéo, trop peur de la louper ;-)


Sur le chemin du retour, on peut voir de beaux albatros. Quand ils atterrissent sur l'eau on sent qu'il frôle la catastrophe, trop drôle ! ( comme dans le dessin animé Bernard et Bianca, pour ceux qui ont regardé le Disney ;-)



Après cette matinée riche en émotions, on reprend le chemin du retour vers Picton.
Sur la route, on peut observer les phoques et leur ribanbelle de nouveaux-nés, ils sont trop mignons.




La pause déjeuner se fera à la roulotte spécialiste des langoustes et des moules vertes géantes. 


Côté budget on prendra les moules frites et on est aussi très curieux de goûter cette spécialité du coin. La taille est effectivement impressionnante ! 



Après niveau goût, on aurait bien rajouter du vin blanc et bouquet garnis pour assaisonner tout ça !

On passe un super moment à profiter du lieu et à observer aussi les drôles d'oiseaux qui nous entourent ;-)